2021-JP-Kintetsu-sakuraliner(11)Premier constat sur place: il s'agit bien de la rame 26001, donc du Sakura liner à voie métrique. 

DSC00883Deuxième constat: il n'y a qu'une demi rame, encadrée par une paire de curieux véhicules chargés des bogies voie métrique. Le Sakura liner a donc "chaussé" des bogies provisoires à écartement normal. Chez Kintetsu, les grandes révisions du matériel à voie métrique s'effectuent à l'atelier central de Goido. Manifestement, le Sakura liner est prêt à y être transféré.

Comme cela fait bientôt deux heures que je suis arrivé à Kashiharajingu-mae, et que cet étrange convoi est toujours là, pantographes baissés, sans personne en vue - ni même au dépôt- qui pourrait peut-être me fournir le renseignement indispensable sur l'horaire, et n'ayant pas prévu d'y passer ma soirée, je quitte les lieux vers 16 heures. Je me dis que ce type de transfert n'est de toute façon guère susceptible d'être effectué durant l'heure de pointe du soir, mais plutôt après, ou carrément de nuit, à la fin du service, lorsqu'il ne risque pas de gêner le trafic régulier.

DSC00880Par contre, je ne m'avoue pas vaincu, et j'ai la ferme intention de revenir le lendemain, car il reste l'autre demi-rame dans le dépôt et même si les transferts devaient avoir lieu de nuit, je pourrais peut-être au-moins avoir les préparatifs, et les horaires... Ce couplage de wagons-plats automoteurs avec chacun leur cabine de conduite démontre aussi que le Japon recèle quelques trésors dignes de figurer au palmarès des bizarreries ferroviaires. Mais honnêtement, les voir en service serait déjà une grande satisfaction...