A Hirahara eki, nous prenons notre destin en main, et surtout les trains de la Shinano Tetsudô en photo.

Ma fille s'était déjà un peu entrainée à Tazawako avec les shinkansen E6系 Komachi, mais les trains passaient tout près d'elle.

Là, au milieu des rizières, il y a des petites routes et chemins de partout, ce qui donne des points de vue multiples. Il suffit de se placer avec le soleil dans le dos et de shooter ce qui arrive. Vous ne verrez donc que et exclusivement les images faites par ce cher enfant d'amour !

Notre première cible mouvante sera un 115系 en livrée Shônan, il y en a plusieurs comme cela à la Shinano.

IMG_9731

Et si vous avez l'impression de voir un ciel assez chargé, noir, orageux, c'est bien la réalité de ce moment ! Ce qui malheureusement écourtera notre belle séance de shooting familiale. Et je peux vous dire que ma fille en fut dégoûtée. Car elle aime ça la petite chérie, faire des photos avec son Papa, attendre les bons densha du bled, trouver le bon angle de prise de vue, chercher le positionnement, le cadre idéal, en changer pour faire mieux, varier les plaisirs. 

Sa première image me plaît déjà beaucoup. L'ambiance, justement, est intéressante. Quand le cadre est bon, comme c'est le cas à Hirahara, c'est plus facile aussi. Mais cela ne fait pas tout. On peut prendre 20 photographes différents, chacun aura sa vision et sa manière de faire.

Après un premier train d'un coté, nous changeons pour l'autre.

A suivre, un Shinano classique et quelques minutes après, le retour du Rokumon, que je n'attendais pas du tout à ce moment-là, presque une heure d'avance sur ce que j'avais noté. Ce fut donc à l'arrache lorsqu'il déboula, et en vidéo je ne vous raconte même pas !

IMG_3532

IMG_5336

Nous n'avons eu droit à du soleil que pour notre arrivée et le tout premier train. Puis ce fut nuageux, venteux et après le passage du Rokumon, un grand bruit de tonnerre grondant nous fit déguerpir. Malheureusement, alors que nous étions si heureux de shooter tous les deux, le cadre idéal, du temps pour cela, mais la seule chose sur lequel nous n'avons pas de prise : le temps qu'il fait !
Et ce coup-là, l'orage arrivait.
Puisqu'il n'y avait pas d'abri, je ne voulais pas prendre de risque avec ma fille, alors nous avons fui... la mort dans l'âme de quitter un si bon spot. Alors que j'avais tout prévu, le soleil devait se coucher parfaitement dans l'axe des voies.

Sitôt sur le quai, 2 minutes à peine après un train arrivait. Heureusement car les premières grosses gouttes tombaient déjà et les rafales de vent nous déstabilisaient.

Retour à Komoro.