Kurashiki est réputée pour son quartier historique Bikan construit le long d'un canal, ainsi que ses musées d'art. Bon pour ces derniers c'est trop tard, mais il nous reste la ballade.

Kurashiki canal 1

La ville est à l'écart des circuits touristiques, et le soir c'est limite mort. Il y a quelques promeneurs le long du canal, mais dès que l'on s'enfonce dans les rues du quartier, c'est vide ! Dommage, car l'endroit a été bien amménagé.

Kurashiki canal 2

Chose rare au Japon, les lignes électriques sont enterrées. Comme quoi, quand on veut...

Bikan

Il y a une colline qui jouxte le Bikan, avec un joli sanctuaire à son sommet, l'Achi-jinja.

Sanctuaire Achi

De là, on a une belle vue sur le reste de la ville.

Kurashiki

On redescend à la recherche d'un restaurant, mais il a fallu retourner vers la gare pour trouver quelque chose d'ouvert.

En fin de soirée, je retourne seul en gare de Kurashiki pour y voir passer le Sunrise Izumo. Mais je croise d'abord le dernier Yakumo de la journée, réduit à 4 voitures. Nous le prendrons demain pour aller vers Matsue et Izumo.

Yakumo

Il y a aussi quelques 115 jaunes qui ramènent les derniers travailleurs au bercail.

115 Kurashiki

A 22h13, le dernier train de nuit régulier du Japon (avec son jumeau Sunrise Seto) s'arrête en gare. J'ai dû sortir car il est sur la voie la plus extérieure, mais les points de vue ne manquent depuis le garage à vélos !

Sunrise Express 1

Sunrise Express 2

Il repart une minute plus tard. Je tente le flou filé, mais le résultat est mitigé. La netteté est au milieu de la première voiture et pas sur la face avant. Tant pis, on s'en contentera !

Sunrise Express 3

 Le Sunrise Izumo va retrouver le Sunrise Seto à Okayama et ils remonteront ensemble vers Tokyo. Et moi je vais me coucher.