J'arrive finalement dans la capitale japonaise, mais je suis accueilli très fraîchement à la sortie de mon Shinkansen. Au premier degré. Alors que j'ai eu des des températures clémentes tout au long de mon voyage, le froid est arrivé sur Tokyo. Et on annonce de la neige pour le lendemain. J'attends de voir...

Bref, je me rends à Hamamatsuchô où j'ai mon hôtel pour les 2 dernières nuits de mon séjour. Puis je prends le métro pour Shinjuku et plus précisément le double passage à niveau en sortie de la gare Odakyû. Si j'ai bien calculé mon coup, je devrais voir les 4 modèles de Romancecar actuellement en service.

Odakyu 1000

Premier à se présenter, le 60000 MSE et sa belle livrée bleu électrique.

Odakyu 60000

Deux 8000 se croisent. On a beau être un jour férié, le trafic reste soutenu.

Odakyu 8000

Le 7000 LSE, avec sa cabine surélevée, est le plus ancien Romancecar en service (1980).

Odakyu 7000 LSE

Je bouge un peu et je vais à l'autre passage à niveau, à 50 mètres. Apparemment, je ne suis pas le seul spotter !

Odakyu 3000

Le 7000 repasse rapidement. Comme on l'avait vu à l'épisode 10, les trains ne restent pas longtemps au terminus.

Odakyu 7000 LSE 2

C'est maintenant le tour du 30000 EXE, le mal-aimé.

Odakyu 30000 EXE 2

Odakyu 30000 EXE

En même temps, comment rivaliser avec sa majesté le 50000 VSE ?

Odakyu 50000 VSE

Voilà mission accomplie malgré des conditions de luminosité pas facile (mais aussi parce que je filmais en même temps avec mon meilleur appareil). Maintenant je reviendrai chez Odakyu vers 2018 pour le 70000 qui fait furieusement envie !