Densha Otaku 365 

20 octobre 2021

Yoshino: le tramway aérien...

2019-2020-JP-Yoshino(1)

2019-2020-JP-Yoshino(2)Yoshino, c'est le terminus de la ligne d’Osaka-Abeno de Kintetsu, à la montagne. C'est là que le Sakura liner déverse habituellement sot lot de passagers friands de sakura ou de momiji, deux spécialités de la région... En novembre 2020, il était remplacé par une rame standard à deux éléments, les touristes étant fort rares cet automne-là en raison du covid-19.

C'est juste derrière cette gare de montagne que part ce qu'ils appellent ici le "tramway aérien" qui relie la gare au village: un téléphérique surgit tout droit de la préhistoire du transport à câble. C'est le plus vieux du genre au Japon, il a été remis en service en 2019 après deux ans d'inactivité, les années générant des coûts de rénovation pas toujours évidents à financer pour une installation devenue essentiellement touristique.

2019-2020-JP-Yoshino(3)Construit en 1928, le téléphérique de Yoshino est largement exploité comme à l'origine.

2019-2020-JP-Yoshino(4)Les cabines ont été modernisées en 1966, mais le "décor technique" (pylônes, etc) est encore intact.

2019-2020-JP-Yoshino(5)On remarque la lourdeur des installations fixes, qui documentent bien le style de construction des installations à câble de l'époque. Exploiter au quotidien un téléphérique devenu presque un musée s’est avéré de plus en plus lourd à assumer ces dernières années. De fréquentes interruptions d'exploitation sont également nécessaires pour assurer l'entretien. En général, hors haute saison (sakura), le téléphérique ne fonctionne pas du mardi au jeudi, un bus assurant la liaison. Durant la période des sakura, il peut par contre y avoir jusqu'à deux heures d'attente, pour un trajet qui dure cinq minutes environ... Un chemin piéton escarpé permet toutefois de rallier le village en une vingtaine de minutes.

2019-2020-JP-Yoshino(7)Yoshino est un charmant village de montagne, avec un superbe sommet que nous découvrirons tout bientôt. Juste une petite heure de marche, à la montée évidemment...

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 octobre 2021

Eiden: quand le "vert-fluo" rencontre "l'oiseau de nuit"

2021-JP-Eiden-1001(12)Toujours sur le réseau de Eizan densha (Eiden) à Kyoto. Le "kirara" 901-902" arrive dans la gare de Yase. Le vert fluo, c’est aussi la couleur des «momiji  de printemps», d’un vert frais et criard.

DSC00957En général, les compositions panoramiques ou à deux éléments sont uniquement affectées à la ligne de Kurama, où l'affluence est nettement supérieure. Après avoir bien "immortalisé" cette petite spécialité, il va être temps de retourner à Shugakuin, où la visite de l'après-midi a débuté depuis un bon moment. Rien ne sert de trop se presser, car ce n'est qu'à l'issue de la visite que l'on peut espérer avoir quelque chose de bien à se mettre "dans l'objectif".

2021-JP-Eiden-1001(13)A 15 h 30, les derniers photographes ont quitté le Shâkõ de Shugakuin, quelques-uns attendent aussi près du fumikiri ou le long du chemin qui longe les voies. Les manoeuvres commencent, c'est la motrice 712 qui ouvre les feux...

20210424083524(2)Peu après, la "1001" se déplace également, s'arrête pour repartir quelques instants plus tard et faire un bout de chemin en parallèle avec la "kirara" vert-fluo. Les deux machines étaient en mouvement, mais pas à la même vitesse... Et il semblerait que le mécanicien de la  1001 ait  aperçu le fluo qui arrivait, car il a juste ralenti un instant sa machine. Comme quoi être visible dans le trafic est parfois un avantage...

2021-JP-Eiden-1001(14)Enfin, pour terminer, l'oiseau de nuit est retourné au nid après avoir parcouru la quasi-totalité de la longueur de la voie de service. Une séquence parfaite pour la fin!

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 octobre 2021

Autorail X2403 sur Bordeaux

Profitant d'un passage (de deux même) de l'autorail historique X2403 du CFHA (Chemin de Fer de la Haute-Auvergne), de 1951 quand même !

sur Bordeaux, en gare st Jean, je me suis placé, le samedi, avec du soleil, pour son arrivée depuis Ussel, une petite dizaine de minutes d'arrêt en gare, puis il reprenait son envol vers Arcachon, sa destination du week-end.

X2403 début

IMG_1348

Cette photo au portable vaut bien moins le coup que les deux autres extraite d'une séquence vidéo, avec ma toute nouvelle caméra-vidéo Sony 4K (mais je reste en HD).

X2403 sud2

 

Dimanche, le retour. 

Il pleut.

Parfait, ça varie les images, et cette fois je ne faisais que des images ...

DSC04661

DSC04667

DSC04674

DSC04691

Bye bye joli petit train rouge !
On se reverra sûrement car l'asso dans laquelle je suis adhérent (l'ABAC) est en pourparler pour organiser des voyages spéciaux.

Posté par Otaku à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2021

Eiden 1001: la richesse de l'entracte...

Parfois, lorsque le spectacle est décevant, l'entracte peut s'avérer passionnant. C'est plus informel, mais souvent, c'est là que l'on retrouve le contact avec le réel, la vraie vie. Il est midi passé, les photographes du groupe du matin ont quitté le Shakõ de Shugakuin. Un "détail" ne passe pas inaperçu à l'observateur attentif: le mécanicien de la "1001", toujours casqué et masqué, attend depuis une bonne dizaine de minutes, un peu à l'écart. Donc, il va se passer quelque chose... Etant placé en plein contre-jour pour pouvoir filmer sur une bonne distance, j'anticipe un mouvement de manoeuvre plus conséquent et règle la caméra avec "+3 diaphragmes", afin d'être sûr d'avoir une bonne luminosité finale.

2021-JP-Eiden-1001(1)Vers 12h10, le mécanicien déplace la "1001" sur une assez longue distance, le tout étant relatif puisque nous sommes toujours dans l'enceinte du Shakõ de Shugakuin. Mais la séquence est parfaite, il pourrait tout à fait s'agir d'un mouvement de manoeuvre ordinaire.

Après cela, le mécanicien baisse le pantographe et quitte le véhicule, signe qu'il ne se passera plus rien avant le prochain groupe. Il est donc temps d'aller acheter un bento et de le déguster dans un endroit tranquille. La petite gare de Yase devrait parfaitement convenir...

2021-JP-Eiden-1001(8)Elle convient d'autant mieux que l'une des compositions panoramiques "kirara" circule jusqu'ici en remplacement de "Hiei" en révision. Comme la ligne de Kurama est toujours coupée (elle devrait en principe être remise en service en automne 2021), Eiden tente ainsi d'attirer quelques touristes ou otaku supplémentaires à Yase. En temps normal, les "kirara" ne circulent pas sur la ligne de Yase.

2021-JP-Eiden-1001(9)Etant sur place, je profite également de "croquer" la 723, qui a été refaite dans un design moins extravaguant que la 732 "Hiei".

2021-JP-Eiden-1001(10)La 722 a également profité d'une cure de rajeunissement, mais se présente en rouge.

2021-JP-Eiden-1001(11)La gare de Yase est charmante, avec sa marquise dentelée, comme sortie du catalogue Märklin de 1930. Mais dans un petit moment, le "kirara" vert-fluo va y revenir...

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2021

Eiden 1001: les vertus de la patience...

2021-JP-Eiden-1001(3)Le jour de l'événement photographique,  j'espérais faire des images avant le début de la manifestation mais, en arrivant au Shakõ de Shugakuin, force est de constater que la "1001" est déjà en place. Enfin, il faut voir le positif: la manifestation a lieu. A un jour près, elle aurait été annulée, car l'état d'urgence sanitaire covid avait à nouveau été décrété dès le lendemain dans la préfecture...

unnamedEvidemment, participer de l'extérieur à un événement photographique implique forcément de longues heures d'attente, car au-mieux la situation se présente ainsi...

DSC00949 (1)-1et au pire ainsi...

Mais il faut savoir être patient, tout vient à point pour  qui sait attendre, dit le proverbe.

DSC00951Au bout d'une bonne demi-heure, des employés tirent un cordon rouge devant les photographes pour qu'ils restent en retrait, vers les machines garées à droite, donc hors de mon champ de vision... Première image.

2021-JP-Eiden-1001(6)Parfait, ils font quelques mouvements de manoeuvre, pour les amateurs de vidéo. Une petite séquence pas trop mal, un peu courte peut-être. Après deux allers-retours fort limités, le véhicule est à nouveau immobilisé pour les prises de vues. C'est fou ce qu'ils ont besoin de temps pour photographier un véhicule à l'arrêt...

2021-JP-Eiden-1001(4)Bon, pour l'instant, plus rien ne bouge. On s'occupe comme on peut, avec la "723" rénovée qui vient de Yase...

2021-JP-Eiden-1001(5)...et un croisement des deux compositions panoramiques "Kirara". Entre-temps, le soleil a gentiment tourné. Lentement, on remarque qu'il n'est plus 3/4 de face comme le demandent de nombreux photographes (pas moi...). L'endroit où est stationné le "1001" était optimal pour le groupe du matin mais, vu sous cet angle, il n'est pas impossible qu'ils changent de coulisse pour le groupe de l'après-midi. Et donc qu'il y ait un mouvement de manoeuvre un peu plus conséquent entre midi et 13h30, lorsqu'il n'y aura plus de photographes... Surtout ne pas partir trop vite à la pause casse-croûte...

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


30 septembre 2021

Engouement pour "l'oiseau de nuit" de Eiden

La "1001" de Eizan densha (Eiden), c'est un véhicule peu connu du public et des amateurs de cette ligne du Nord de Kyoto. Et pour cause: ce véhicule de service n'a pas le droit de rouler en ligne en même temps que d'autres trains, car il ne possède pas de système de sécurité. Il roule certes parfois entre Demachiyanagi, Kurama et Yase entre la fin du service vers minuit et le début du service à cinq heures du matin, mais il faut presque, cumulativement, loger sur place, être bien informé et être insomniaque pour avoir une chance de le voir à l'oeuvre. Quant à la prise d'images, encore faut-il maîtriser les subtilités de la prise de vue nocturne, ce qui n'est pas donné à tout le monde...

DSC00851La plupart du temps, l'oiseau de nuit de Eiden dort la journée bien à l'écart sur une voie de garage au Shakõ de Shugakuin.

Le samedi 24 avril 2021, une filiale du groupe Eiden organisait une visite de l'atelier et des prises de vues avec la "1001". Quelques semaines plus tôt, la manifestation était annoncée. Le temps de lire la nouvelle et d'étudier l'inscription qui exigeait une carte de membre de cette filiale, les visites du matin et de l'après-midi étaient complètes... Deux fois 30 places à 3000 yen, parties en un rien de temps... Un coup de fil de ma femme confirmait cet état de fait et, compte tenu du covid, pas question d'accepter davantage de monde, même pour un Européen. "Mais il peut il sans autre faire des photos depuis l'extérieur", lui a-t-on encore dit...

Bon, puisque c'est permis, et même recommandé, je vais donc "pirater" la manifestation depuis l'extérieur. J'aurais évidemment préféré immortaliser ce véhicule dans la partie montagneuse de la ligne de Kurama, ou encore en gare de Yase, mais si j'arrivais déjà à tourner une bonne séquence vidéo du véhicule en mouvement au dépôt de Shugakuin, comme s'il s'agissait d'un mouvement de manoeuvre "normal" sans une horde de photographes devant, ce serait déjà pas mal...

Posté par JeanMiSan à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 septembre 2021

Hankai 2021: y'a ka aka

Deux visites rapides le printemps dernier sur le tram Hankai à Osaka. J'avais espéré pouvoir filmer une fois la "162", qui roule (rarement...) depuis fin 2020 en livrée "vin rouge" du Nishitetsu Kitakyushu Line (Akaden), une ligne supprimée depuis 20 ans. 

2021-JR-Kintetsu-Correspondances(2) (1)Hélas, trois fois hélas, seule la "166" roulait un seul des deux jours avec une livrée que portait la "164" il y a quelques années. Y'a ka aka... (aka=rouge en japonais)

2021-JR-Kintetsu-Correspondances(1) (5)Sur ce, j'ai vu ao... La "351" a troqué son bleu nuit contre un bleu clair. Publicitaire, bien sûr...

20210112025232(1)Au dépôt d'Abikomichi, la "162" est garée et côtoie la "161". Sur la voie de garage extérieure, la "11" (véhicule de service), la "165" hors service et l'ancien tram de Kyoto "256", qui attend depuis une décennie au-moins une hypothétique rénovation...

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2021

Hankai 2021: la quatrième rame surbaissée

Un "petit nouveau", le 1101, a rejoint la flotte du tram d'Osaka fin 2020. Il y a donc dès lors quatre rames surbaissées en service, la dernière étant similaire à la première série, mais avec une autre livrée.

20210112022315(1) (1)On la voit ici en 2021 à Abikomichi,

20210112022315(1)où elle passe quelques instants plus tard devant le vénérable dépôt de Hankai tramways.

tram osaka newLe tram sera-t-il un jour prolongé d'Ebisuchô à Namba via le quartier de Nipponbashi et la "rue de l'électronique", comme le suggère depuis quelques années un groupe de citoyens? Rien n'est moins sûr, surtout depuis Ebisuchõ où la gare a été reconstruite de façon très simplifiée une centaine de mètres plus loin, et l'ancienne démolie. Hankai semblerait être favorable à un tel projet, mais pour autant qu'il parte de Tennoji. Affaire à suivre dans quelques années, la suppression du trafic motorisé au centre-ville n'étant pas (encore?) une priorité urbanistique et politique au Japon. Mais il est clair qu'un tel prolongement pourrait dynamiser le trafic des lignes de Hankai, surtout celle d'Ebisuchõ.

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2021

Oigawa en parure automnale: la presqu'île d'Okuyokojo

Après vous avoir fait découvrir les deux lignes d'Oigawa durant la période des sakura, voici pour clôre ce reportage quelques images prises lors de mon premier voyage d'un jour sur cette ligne, en automne 2012.

2012-11-Oigawa__System Abt_(10)ED 903, alors en simple traction, avec une composition en amont de Abt Ichishiro. 

2012-11-Oigawa__System Abt_(3)Trois stations après Abt Ichishiro, arrêt à Okuyokojo.

2012-11-Oigawa__System Abt_(4)Okuyokojo est une sorte de presqu'île dans la montagne, il y a une halte avec un refuge et coin pique-nique. On peut rejoindre la route d'où les images ont été prises en longeant le train sur le pont de gauche, puis via un sentier escarpé, en une demie heure de marche. 

2012-11-Oigawa__System Abt_(8)Un pont impressionnant...

2012-11-Oigawa__System Abt_(9)Okuyokojo, vue prise depuis le refuge au-dessus de la halte. Il avait fallu descendre les escaliers en courant après avoir pris les photos et crier au contrôleur d'attendre quelques instants...

2012-11-Oigawa__System Abt_(12)A Abt Ichishiro, le rituel est immuable. Curieusement, plus personne ne filme la manoeuvre au retour...

2012-11-Oigawa__System Abt_(13)Senzu, une machine regagne le dépôt.

2012-11-Oigawa__System Abt_(14)En 2012, les ex-Nankai n'assuraient généralement qu'une course par jour, celle de la fin de l'après-midi. Le gros du trafic était assuré par les trois automotrices ex-Kintetsu, qui venaient d'arriver sur le réseau. A l'époque, les trois machines ex Seibu étaient garées à Senzu.

En deux visites sur le réseau, nous n'avons jamais été jusqu'au terminus d'Ikawa. Peut-être lors d'une troisième visite, dans quelques années? Entre 2012 et 2021, le réseau a peu changé, surtout sur la ligne d'Ikawa, où les machines à crémaillère viennent de fêter leur 30e anniversaire. Quant aux paysages, ils sont aussi beaux au printemps qu'en automne. Et on ne s'en lasse jamais...

 

10 septembre 2021

Un train mixte dans la montagne...

2021-jp-oigawa-ikawa(3) (2)Toujours sur la ligne d'Ikawa. où nous avons filmé les manoeuvres préparatoires de la rame marchandises qui remonte à vide jusqu'à Sessokyõ-onsen. Le convoi régulier de 14 h 48 entre en gare de Kawane Ryogoku sous les sakura. Nous allons le reprendre pour remonter à Abt Ichishiro. Heureusement qu'on a pris la carte de libre parcours, car on a déjà fait ce trajet deux fois dans la journée. Et on devra encore redescendre...

2021-jp-oigawa-ikawa(4) (4)La rame marchandises va venir s'accoupler en queue du train, qui poursuivra sa route en composition "mixte". On remarque que les wagons marchandises sont équipés de la conduite pour la commande multiple.

2021-jp-oigawa-ikawa(5) (3)La composition avec deux machines en pousse encadrant un wagon marchandises...

2021-jp-oigawa-ikawa(7)A Abt Ichishiro, j'ai au maximum cinq minutes pour arriver au "spot" photographique pour immortaliser en vidéo la rame sur la crémaillère, ce qui est très juste, car il en faut normalement le double ou presque. En sortant du train, ma femme reste en gare et moi, je cours pour passer le fumikiri pour piétons avant sa fermeture, ouf, j'y arrive juste. Ce qui me permet de tourner encore une rapide séquence à la volée, l'endroit est trop joli. 

2021-jp-oigawa-ikawa(1)Bon, il faut monter au pas de course, et la pente se fait sentir... Je cours, le chemin est escarpé, il y a encore un faux plat au bout, allez, un dernier effort, ça vaut la peine. Et parallèlement, ne pas trop s'essouffler, maîtriser sa respiration... Il faut garder la maîtrise pour tourner une bonne séquence.

2021-jp-oigawa-ikawa(8)Bon, j'y suis... Et déjà le bruit caractéristique des machines à crémaillère en plein effort se fait plus rapproché, la composition sort du tunnel pour s'engager sur le viaduc. Un convoi rare sur cette ligne de montagne. Les machines ED 90 peuvent, en unités multiples, pousser ou retenir jusqu'à une douzaine de véhicules, ce qui arrive parfois en haute saison lorsque deux rames sont couplées. Cela arrive aussi en basse saison lorsqu'il y a des marchandises ou des transferts de véhicules. C'est pour cette unique course avec deux locomotives diesel DD que les ED90 ont circulé en unités multiples toute la journée.

P1140690

P1140693Pendant ce temps, ma femme a également fait quelques photos au départ de la crémaillère... On remarque bien la triple lame Abt, assez rare, car en général une crémaillère Abt est double.

2021-jp-oigawa-ikawa(1) (3)Voilà, il ne nous reste plus qu'à attendre une vingtaine de minutes le passage du prochain train régulier pour retourner à Senzu.

2021-JP-Oigawa-Sakura(12)Et de là, c'est encore à bord d'une ex-Nankai que nous avons fait le trajet de retour jusqu'à Kanaya. Un superbe voyage s'achève. Un voyage hors du temps, dans une nature grandiose, avec des trains qui sortent du lot. Il s'agit pour moi, tout comme les gorges de Kurobe, de l'une des lignes les plus intéressantes et les plus belles du Japon. Deux jours sont d'ailleurs un minimum pour découvrir la ligne si on souhaite prendre des images dans quelques-uns des multiples endroits dignes d'être immortalisés. D'ailleurs, il n'existe pas de carte journalière d'un jour; on en trouve pour deux ou trois jours (5000-7500 Yen). Même si l'on va "seulement" jusqu'à Abt Ichishiro en un seul jour, la carte "deux jours" est nettement moins chère que des tickets normaux.

Mais vous n'avez pas encore vu Okuyokojo. Nous l'avons "zappé" en 2021, mais nous l'avions filmé lors d'un premier voyage d'un jour en automne 2012. Je reviendrai donc dans le prochain post avec quelques images automnales. Juste pour donner envie...