Densha Otaku 365 

15 septembre 2021

Oigawa en parure automnale: la presqu'île d'Okuyokojo

Après vous avoir fait découvrir les deux lignes d'Oigawa durant la période des sakura, voici pour clôre ce reportage quelques images prises lors de mon premier voyage d'un jour sur cette ligne, en automne 2012.

2012-11-Oigawa__System Abt_(10)ED 903, alors en simple traction, avec une composition en amont de Abt Ichishiro. 

2012-11-Oigawa__System Abt_(3)Trois stations après Abt Ichishiro, arrêt à Okuyokojo.

2012-11-Oigawa__System Abt_(4)Okuyokojo est une sorte de presqu'île dans la montagne, il y a une halte avec un refuge et coin pique-nique. On peut rejoindre la route d'où les images ont été prises en longeant le train sur le pont de gauche, puis via un sentier escarpé, en une demie heure de marche. 

2012-11-Oigawa__System Abt_(8)Un pont impressionnant...

2012-11-Oigawa__System Abt_(9)Okuyokojo, vue prise depuis le refuge au-dessus de la halte. Il avait fallu descendre les escaliers en courant après avoir pris les photos et crier au contrôleur d'attendre quelques instants...

2012-11-Oigawa__System Abt_(12)A Abt Ichishiro, le rituel est immuable. Curieusement, plus personne ne filme la manoeuvre au retour...

2012-11-Oigawa__System Abt_(13)Senzu, une machine regagne le dépôt.

2012-11-Oigawa__System Abt_(14)En 2012, les ex-Nankai n'assuraient généralement qu'une course par jour, celle de la fin de l'après-midi. Le gros du trafic était assuré par les trois automotrices ex-Kintetsu, qui venaient d'arriver sur le réseau. A l'époque, les trois machines ex Seibu étaient garées à Senzu.

En deux visites sur le réseau, nous n'avons jamais été jusqu'au terminus d'Ikawa. Peut-être lors d'une troisième visite, dans quelques années? Entre 2012 et 2021, le réseau a peu changé, surtout sur la ligne d'Ikawa, où les machines à crémaillère viennent de fêter leur 30e anniversaire. Quant aux paysages, ils sont aussi beaux au printemps qu'en automne. Et on ne s'en lasse jamais...

 


10 septembre 2021

Un train mixte dans la montagne...

2021-jp-oigawa-ikawa(3) (2)Toujours sur la ligne d'Ikawa. où nous avons filmé les manoeuvres préparatoires de la rame marchandises qui remonte à vide jusqu'à Sessokyõ-onsen. Le convoi régulier de 14 h 48 entre en gare de Kawane Ryogoku sous les sakura. Nous allons le reprendre pour remonter à Abt Ichishiro. Heureusement qu'on a pris la carte de libre parcours, car on a déjà fait ce trajet deux fois dans la journée. Et on devra encore redescendre...

2021-jp-oigawa-ikawa(4) (4)La rame marchandises va venir s'accoupler en queue du train, qui poursuivra sa route en composition "mixte". On remarque que les wagons marchandises sont équipés de la conduite pour la commande multiple.

2021-jp-oigawa-ikawa(5) (3)La composition avec deux machines en pousse encadrant un wagon marchandises...

2021-jp-oigawa-ikawa(7)A Abt Ichishiro, j'ai au maximum cinq minutes pour arriver au "spot" photographique pour immortaliser en vidéo la rame sur la crémaillère, ce qui est très juste, car il en faut normalement le double ou presque. En sortant du train, ma femme reste en gare et moi, je cours pour passer le fumikiri pour piétons avant sa fermeture, ouf, j'y arrive juste. Ce qui me permet de tourner encore une rapide séquence à la volée, l'endroit est trop joli. 

2021-jp-oigawa-ikawa(1)Bon, il faut monter au pas de course, et la pente se fait sentir... Je cours, le chemin est escarpé, il y a encore un faux plat au bout, allez, un dernier effort, ça vaut la peine. Et parallèlement, ne pas trop s'essouffler, maîtriser sa respiration... Il faut garder la maîtrise pour tourner une bonne séquence.

2021-jp-oigawa-ikawa(8)Bon, j'y suis... Et déjà le bruit caractéristique des machines à crémaillère en plein effort se fait plus rapproché, la composition sort du tunnel pour s'engager sur le viaduc. Un convoi rare sur cette ligne de montagne. Les machines ED 90 peuvent, en unités multiples, pousser ou retenir jusqu'à une douzaine de véhicules, ce qui arrive parfois en haute saison lorsque deux rames sont couplées. Cela arrive aussi en basse saison lorsqu'il y a des marchandises ou des transferts de véhicules. C'est pour cette unique course avec deux locomotives diesel DD que les ED90 ont circulé en unités multiples toute la journée.

P1140690

P1140693Pendant ce temps, ma femme a également fait quelques photos au départ de la crémaillère... On remarque bien la triple lame Abt, assez rare, car en général une crémaillère Abt est double.

2021-jp-oigawa-ikawa(1) (3)Voilà, il ne nous reste plus qu'à attendre une vingtaine de minutes le passage du prochain train régulier pour retourner à Senzu.

2021-JP-Oigawa-Sakura(12)Et de là, c'est encore à bord d'une ex-Nankai que nous avons fait le trajet de retour jusqu'à Kanaya. Un superbe voyage s'achève. Un voyage hors du temps, dans une nature grandiose, avec des trains qui sortent du lot. Il s'agit pour moi, tout comme les gorges de Kurobe, de l'une des lignes les plus intéressantes et les plus belles du Japon. Deux jours sont d'ailleurs un minimum pour découvrir la ligne si on souhaite prendre des images dans quelques-uns des multiples endroits dignes d'être immortalisés. D'ailleurs, il n'existe pas de carte journalière d'un jour; on en trouve pour deux ou trois jours (5000-7500 Yen). Même si l'on va "seulement" jusqu'à Abt Ichishiro en un seul jour, la carte "deux jours" est nettement moins chère que des tickets normaux.

Mais vous n'avez pas encore vu Okuyokojo. Nous l'avons "zappé" en 2021, mais nous l'avions filmé lors d'un premier voyage d'un jour en automne 2012. Je reviendrai donc dans le prochain post avec quelques images automnales. Juste pour donner envie...

05 septembre 2021

Un "marchandises" en préparation à Kawane Ryogoku...

2021-jp-oigawa-ikawa(1) (4)Comme on a pu avoir l'horaire du convoi marchandises, assez rare quand même sur la ligne Ikawa d'Oigawa Tetsudõ, on a renoncé pour l'instant à faire d'autres images sur la section à crémaillère et avancé le retour d'un train. On a quand même immortalisé le train de 13 h 30 lorsqu'il arrive à Abt Ichishiro. Ainsi, si tout se passe comme prévu, on devrait arriver à Kawane Ryogoku vers 14 h 20, ce qui nous permettra peut-être d'avoir déjà quelques manoeuvres dans cette gare.

2021-jp-oigawa-ikawa(2) (3)De toute façon, à part un convoi montant que nous croisons en route, il ne se passera rien ici avant un bout de temps à Abt Ichishiro, et comme il n'y a aucune autre distraction... Avec seulement cinq aller-retours par jour, il peut y avoir des "trous" de près de trois heures à l'horaire.

2021-jp-oigawa-ikawa(5)A peine arrivés à Kawane Ryogoku, le DD203 change de voie dans cette gare pour, dès l'arrivée du prochain convoi montant, pouvoir aller effectuer la manoeuvre. Convoi que nous allons reprendre pour remonter à Abt Ichishiro...

30 août 2021

Abt Ichishiro: une charmante gare perdue dans la nature...

A Abt Ichishiro, il n'y a rien, Ou presque. Pour le voyageur lambda, c'est une gare avec des toilettes, quelques bancs, et un "spectacle" qui se répète inlassablement au fil des jours: les opérations d'attelage et de détalage des machines à crémaillère, qui attendent l'arrivée des rames en provenance de Sensu sur une voie en tiroir. En principe, il y a trois minutes d'arrêt pour l'opération, abondamment filmée par les voyageurs qui sortent de la rame pour cela.

Pour l'amateur ferroviaire, c'est une gare intéressante, avec un atelier d'entretien. Il y a aussi un chemin assez raide qui permet d'aller faire des images des trains à crémaillère en ligne. Sur place, nous demandons au mécanicien affecté au parcours de montagne à quelle heure il remonte à Nagashima dam, car il y a une course "impaire" avec les deux machines seules. Et, accessoirement, s'il y a un train de marchandises dans la journée... "Oui, à 14h48 depuis Kawane Ryogoku, où il sera accouplé au train régulier, pour aller jusqu'à Sessokyõ-onsen..."

P1140553Parfait! On prend le chemin escarpé et, après une dizaine de minutes, on arrive au "spot" qui permet de filmer la ligne à crémaillère. A l'heure dite, les deux machines seules montent en direction du barrage.

P1140572Elles en redescendent un quart d'heure après avec la composition du régulier qui vient d'Ikawa.

2021-jp-oigawa-ikawa(4) (1)En courant à la descente, on arrive tout juste à filmer le dételage des machines.

2021-jp-oigawa-ikawa(4)La rame du train horaire repart également direction Senzu.

2021-jp-oigawa-ikawa(5) (1)Une demie heure plus tard, le train montant arrive à Abt Ichishiro. Le mécanicien des machines à crémaillère attend dans une petite guérite pour commander l'aiguillage et le fumikiri.

2021-jp-oigawa-ikawa(6)Une minute plus tard, le couplage de machines va se mettre en place pour pousser la rame.

P1140587

P1140590

P1140599Départ direction Nagashima dam. La motrice ED901 est en levage. Une partie des images sont de ma femme. Nous profitons de la minuscule salle d'attente (2 places) pour sortir le bento, car c'est l'heure du dîner. Il faut aussi étudier l'horaire pour la suite des opérations...

25 août 2021

Abt Ichishiro: le début de la section à crémaillère

2021-jp-oigawa-ikawa(7) (1)Abt Ichishiro était d'une certaine façon l'objectif de notre voyage. Car entre cette station au nom équivoque, et Nagashima dam, la station suivante, la ligne est à crémaillère. C'est d'ailleurs la seule véritable ligne à crémaillère de service public au Japon.

Lors de la construction de l'actuel barrage de Nagashima, il y a une trentaine d'années, la ligne qui était alors à adhérence, a dû être déplacée et reconstruite avec une pente plus raide. Une crémaillère Abt triple a été posée et trois locomotives 901 à 903 assurent la pousse ou la retenue des trains qui sont, eux, dépourvus de roue dentée. La section est électrifiée et les machines n'ont pas du tout le même profil que le reste du parc. Elles sont d'ailleurs entretenues à Abt Ichishiro, où il y a un atelier.

Elles roulent généralement seules, parfois en double traction. Pour cela, il faut qu'au-moins un train dans la journée circule avec deux compositions en commande multiples, comme c'est techniquement possible. Curieusement, en ce jour de fin mars 2021, alors que le trafic est faible en raison du covid, elles roulent en unités multiples. Cela confirmerait la circulation d'un convoi marchandises couplé à une course régulière...

2021-jp-oigawa-ikawa(6) (1)Après un parcours de cinq minutes environ, nous sommes à la station de Nagashima dam, où la traction diesel reprend ses droits. Nous avions prévu d'aller jusqu'à Okuyokojo, une halte située entre deux ponts monumentaux. Les couleurs tristes de ce jour nous ont amenés à changer d'avis et à poursuivre jusqu'à Sessokyõ-onsen. Je vous présenterai Okuyokojo tout à la fin du reportage, avec quelques images d'automne prises en 2012.

2021-jp-oigawa-ikawa(8) (1)La composition continue jusqu'à Ikawa. Mais aller jusqu'au terminus aurait trop hypothéqué les possibilités de prendre des images de trains en ligne.

2021-jp-oigawa-ikawa(9)Comme une composition passe la nuit à Sessokyõ-onsen pour assurer le premier train descendant, qui part une demie heure après notre arrivée, l'attente n'a pas été trop longue et nous allons bientôt redescendre et retrouver la crémaillère...

2021-jp-oigawa-ikawa(5) (2)A Nagashima dam, le train montant suivant est prêt au départ alors que le duo ED 902 et 903 qui l'avait poussé sur la rampe va venir se placer devant le DD 205. Bon, on embarque encore jusqu'à Abt Ichishiro, on fera un peu d'exercice après...


20 août 2021

La ligne d'Ikawa d'Oigawa Tetsudõ

Après une journée et demie passées sur la ligne principale (Kanaya-Senzu) d'Oigawa Tetsudõ, il est temps de passer à la deuxième ligne de l'entreprise, celle d'Ikawa. Le troisième jour au petit matin, nous prenons donc le premier futsu à Kanaya: c'est la rame 21003-21004 ex-Nankai qui nous mènera, en une heure et quart, au terminus de la ligne principale: Senzu. C'est de là que part la ligne d'Ikawa.

A Senzu, après la prise de température "Covid" en raison de l'exiguité des véhicules, une petite visite aux toilettes est de rigueur entre les deux trains, car il n'y en a ni dans les trains de la ligne principale, ni dans ceux de la ligne d'Ikawa. Heureusement, les installations sont conçues assez généreusement, afin que même lorsque le battement pour la correspondance n'est que de quelques minutes, tous les voyageurs aient le loisir d'y passer...

2021-jp-oigawa-ikawa(3) (1)La ligne d'Ikawa est exploitée par six machines diesel (DD 201 à 206), qui peuvent être télécommandées par une voiture-pilote, en tête au départ. Si l'écartement est celui du standard métrique japonais (1067 mm), le profil des véhicules est beaucoup plus restreint, en raison de nombreux tunnels et galeries en ligne.

2021-jp-oigawa-ikawa(2) (2)A peine partis, nous passons devant un convoi marchandises au quai de chargement. Je savais que le parc de véhicules comportait un certain nombre de wagons marchandises, mais n'avais jamais vu d'images d'un convoi en ligne. Qui sait, peut-être le convoi va-t-il aller en ligne dans la journée?

2021-jp-oigawa-ikawa(4) (2)A Kawane Ryogoku, nous croisons la machine qui assurera le train régulier suivant. Le dépôt étant juste derrière cette station, il y a quelques mouvements de machines seules entre Senzu et ici. En fait, c'est un lieu où ça vaudrait la peine de s'arrêter un moment, il y a aussi quelques beaux sakura...

2021-jp-oigawa-ikawa(4) (3)Mais pour l'instant, on continue... Il n'y a que cinq aller-retours par jour sur cette ligne, qui est un véritable bain de nature... Et seulement quatre courses vont jusqu'au terminus d'Ikawa, à une heure et quarante-cinq minutes de Senzu.

Nous profitons de la présence du contrôleur pour lui poser la question sur l'éventualité de la circulation d'un train de marchandises dans la journée. Il nous répond par l'affirmative, mais qu'il ne peut pas nous dire quand, il n'en a pas le droit...

Posté par JeanMiSan à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 août 2021

Owada et Ieyama: "EL" et "Local"

Toujours sur la ligne principale d'Oigawa Tetsudõ. Pour le retour de l'"EL", on va changer de crèmerie. On attend donc en gare d'Ieyama le prochain "futsu" qui redescend.

P1140376

C'est la "16000" ex Kintetsu (ligne de Yoshino) qui assure ce train. On la prend juste pour une station, Owada. Un endroit que j'ai repéré en montant et qui devrait être un peu plus calme... Une partie des images sont de ma femme. 

P1140408La "E102"apparaît une bonne heure après à Owada.

2021-JP-Oigawa-Sakura(22)La composition roule comme limited express et ne s'arrête donc pas à Owada. Il nous faut donc décider de la suite. La Nankai 21000 doit descendre derrière, suivie peu après par la Kintetsu qui remonte vers Senzu. Juste après ces deux futsu, c'est le "SL" qui descend, il croise en pointe la Kintetsu à Ieyama, ce qui signifie qu'on ne pourra guère faire de bonnes images du "SL". Et plus bas, les paysages sont moins jolis. Rester sur place nous condamne après à attendre deux heures le futsu descendant suivant dans un endroit où il n'y a strictement rien... Et honnêtement, on boirait bien un verre quelque part...

P1140419Nous décidons donc de prendre quelques images de la Nankai 21000 puis de remonter sur Ieyama avec la Kintetsu.

2021-JP-Oigawa-Sakura(25)Presque un "tunnel"

2021-JP-Oigawa-Sakura(2) (3)A Ieyama, on arrive tout juste à prendre une image du "SL" depuis derrière...

Bon, il n'est pas encore 16 heures, il ne reste plus qu'à aller au bistrot en face de la gare qui ferme à 17 heures, et il faudra encore patienter jusqu'à 17h30 pour prendre notre futsu qui nous ramènera à Shin-Kanaya (puis JR pour Kakegawa...).

2021-JP-Oigawa-Sakura(26)Trafic local quotidien à Ieyama en 2021. On décharge même des journaux dans une remorque. Deux compositions sont affectées au trafic local, une troisième effectue une course supplémentaire matinale. Lors de notre visite, deux compositions Nankai 21000 ainsi qu'une Kintetsu 16000 étaient disponibles, les "7200" ex Towada Kanko étaient à l'atelier. Selon mes informations, une Nankai 6000 est arrivée sur le réseau, mais n'était pas visible. Dans un premier temps, elle devrait renforcer le parc actuel, où les compositions actuelles sont les seules survivantes d'une vaste "collection" d'automotrices diverses qui ont circulé sur la ligne, pour certaines très peu de temps.

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2021

Furieux otakus !

Notre sport, l'otakisme', est un sport sérieux, et aucun grain  de sable ne doit venir l'enrayer.

Au Japon, encore plus qu'ailleurs, l'otakisme est une religion, pratiquée par des milliers de personnes, souvent des hommes, mais pas que, consitstant à se placer au bon endroit, au bon moment pour shooter le bon train. Il sont parfois des dizaines les uns à côté des autres à attendre le même train, pour sortir LA photo, tous la même mais bon...

Et récemment, il y a eu ce fameux grain de sable. Qui se transforma vite en gros caillou.

22h50, à Enoshima, ligne Enoden, les jolis petits trains verts après lesquels j'ai moi même courru tant de fois.
Une bonne grappe d'otaku est déployée près d'un passage à niveau pour immortaliser le "305" le plus vieux modèle de la Enoden, datant de 1960, pour un passage spécial en test.
Le train arrive, tous se préparent, ça clique à tout va lorsque arrive aussi un homme sur son vélo, là en pleine nuit en même temps que le train tant attendu. Il fait le pitre à côté du train, levant le bras genre "Salut à tous, ça va les mecs !!". 
Les otakus deviennent furieux en un instants, rageant et pestant contre cet abruti qui fout en l'air leur plans magnifiques, qui gâche tout et réduit à néant leur attente et leurs espoirs de super tof ! 

Enoden 305 & the gaijin baka

Le train à peine passé, certains se ruent sur cet inconscient pour lui expliser la vie, ils lui crient dessus, s'apprêtent à le cogner mais... ô (mauvaise) surprise, c'est un 'gaijin' qui s'approche l'air bêta. Les otakus ne savent plus ou pas en quelle langue le défoncer, ne plus taper, respecter l'autre même dans les pires moments, s'emporter et accepter la situation. C'est un crétin d'étranger, il ne pouvait pas savoir. Ou au contraire savait-il trop bien ce qu'il faisait ? Etait-il là par hasard ou avait-il tout manigancé ?

L'homme est un américain qui tient un petit restaurant mexicain à Enoshima. Et depuis l'affaire, il ne désemplit pas. Les japonais veulent voir la 'star', celui qui a fait tomber l'otakisme de son (fragile) pied d'estale. L'intrépide, le fou, le courageux, le dingue, on ne sait plus.

le mexicain

Quoiqu'il en soit, l'affaire va faire grand bruit, sur les réseaux sociaux japonais, tous les sites. Que faire en pareil cas ? Taper, crier ou finalement, ce n'est qu'un train, qui est déjà bien connu, dont tous ont des centains d'images (vous voulez les miennes ?), ce n'est pas si grave.
Et les parodies fleurissent, de tous les goûts et de toutes les couleurs, pour ou contre, et souvent amusantes. 
Alors on relativise et on se prend à rire de tout cela.
Est-ce pire qu'une médaille d'or ratée ? Pire que la pandémie de covid ? Pire que la Terre qui brûle ? 

enobomb

enotruck

enoden ukiyo-e

 

Posté par Otaku à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Sakura d'Ieyama

Le lendemain, départ pour Ieyama, sur la "main line" d'Oigawa. C'est un endroit connu pour ses sakura et c'est aussi le terminus de la course électrique qui roule, en cette période de Covid, en lieu et place d'un "SL", mais limité à Ieyama. Heureusement, les sakura sont situés à l'aval de la station, et le pont n'est pas déplaisant non plus... Une partie des images sont de ma femme.

P1140283L'"EL" avec la E 102 ouvre la marche.

2021-JP-Oigawa-Sakura(14)

2021-JP-Oigawa-Sakura(2) (2)

2021-JP-Oigawa-Sakura(1) (4)Le "spot" d'Ieyama semble connu auprès des otaku...

2021-JP-Oigawa-Sakura(17)

P1140311Il faut dire que le SL suit une heure après.

2021-JP-Oigawa-Sakura(18)La E101 assure la pousse du convoi SL. Sur ce, on va faire une petite pause-bento...

 

05 août 2021

Arrivée du "SL" à Shin-Kanaya

2021-JP-Oigawa-Sakura(7)Le "SL" quotidien vient d'arriver de Senzu, il a pour terminus Shin-Kanaya.

2021-JP-Oigawa-Sakura(1) (2)La "16003" ex Kintetsu, ultime survivante d'une série de 3 qui avaient été transférées en 2012 sur la ligne d'Oigawa, fait un petit aller-retour Kanaya - Shin-Kanaya entre deux courses horaires pour venir chercher les voyageurs du "SL" qui ont une correspondance JR.

2021-JP-Oigawa-Sakura(9)La "E101" roule en queue du "SL" en appui de la vapeur et pour faciliter les manoeuvres.

2021-JP-Oigawa-Sakura(8)La C 11 190 se dirige vers la plaque tournante.

2021-JP-Oigawa-Sakura(1) (3)Opération terminée, il est temps de retourner à Kanaya puis Kakegawa où nous avons notre hôtel. Il y a des possibilités d'hébergement limitées à Shin-Kanaya, au-delà, il a surtout des ryokan avec onsen, pas toujours accessibles en transports publics, très froids en cette période de l’année où les nuits sont fraîches.