Densha Otaku 365 

25 octobre 2020

Un "chemin de fer" très juridique...

 

2020-JP-Alpen-Route(1) (4)

A Murodo, on quitte les bus des hauts-plateaux pour prendre la seule ligne de trolleybus existant encore au Japon. La ligne sous la Tateyama (3015 mètres) a probablement la particularité d'être la seule ligne de trolleybus au monde exploitée à 2400 mètres d'altitude, à 100% en tunnel, y compris les deux stations. Et, plus curieusement encore, aux yeux de la législation japonaise, elle est considérée comme un chemin de fer. Ce sera donc une étape bien ferroviaire, n'en déplaise aux puristes...

2020-JP-Alpen-Route(1)

Le "train sans rails" de Tateyama est soumis à la surveillance du Département des chemins de fer...

2020-JP-Alpen-Route(1) (3)

La signalisation est de type ferroviaire, avec des signaux avancés pour une piste en simple voie, avec un évitement au milieu du tunnel et une sorte de "bloc" de ligne pour compter les véhicules et assurer la sécurité de l'exploitation.

2020-JP-Alpen-Route(2)

Mais le trolleybus roule sur pneus, comme ses semblables dans de nombreuses villes du monde. Je n'ai rien retrouvé comme information sur son avenir. La seconde ligne de trolleybus de la Route des Alpes (sous la Kanden), entre le barrage de Kurobe et Ogizawa, a quant à elle été "convertie" en 2018 en ligne de bus électrique à batteries. Il n'est pas exclu que la dernière ligne de trolleybus du Japon connaisse le même sort ces prochaines années. Mais ce serait dommage pour la singularité de ce moyen de transport.

De l'autre côté du massif de la Tateyama, en arrivant à Daikanbo, la station du trolleybus est toujours en tunnel. Mais on doit en sortir pour prendre le "téléféérique"...

Posté par JeanMiSan à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 octobre 2020

Le charme automnal des hauts-plateaux

A Bijodaira, premier changement. Ce sont des bus d'excursion qui prennent la relève jusqu'à Murodo. Rien de plus standard que ces bus limousines qu'on voit partout dans le monde, la seule particularité étant qu'ici, la route n'est pas ouverte au trafic privé. Les paysages d'automne, par contre, captent tous les regards. Tant Murodo que la station intermédiaire de Midagahara se prêtent aux excursions dans la nature et à la découverte d'un vaste parc naturel, largement préservé, et même des touristes: interdiction de sortir des sentiers balisés..Impossible, par contre, de faire la Route des Alpes en un jour si on veut profiter de la nature.

Le long du trajet entre Midagahara et Murodo, de hauts piquets délimitent la route pour permettre aux équipes de déneigement de trouver le bon chemin au printemps, lorsque plusieurs mètres de neige recouvrent les hauts-plateaux, et que la route se creuse un chemin à travers d'épais murs de neige. C'est par ici que le Densha avait testé les charmes du tourisme de masse au printemps...

2020-JP-Alpen-Route(1) (1)

Midagahara, 1900 mètres, le brouillard lèche les paysages. Attention, il faut réserver son trajet de bus au-moins une demie heure à l'avance lorsqu'on veut prendre le bus à une station intermédiaire (pour les trajets directs, pas de réservation nécessaire).

2020-JP-Alpen-Route(4)

Midagahara: une superbe échappée.

2020-JP-Alpen-Route(3)

Midagahara. Le charme fou des balades sur les hauts-plateaux, même avec un zeste de brouillard.

2020-JP-Alpen-Route(1) (2)

Murodo, 2450 mètres d'altitude. C'est ici que l'on sort du bus pour aller prendre un moyen de transport (un peu) plus ferroviaire...

Posté par JeanMiSan à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2020

La longue attente pour le funi

En sortant du Chuhõ Tetsudõ, il faut presser le pas. Il est 07h05, le parking est plein et la file est longue pour réserver sa place dans le funi. Pas de réservation en ligne, sauf pour quelques types de billets à validité très limitée vendus sur le net. Donc, une demie heure d'attente pour avoir une place à ...08h40. Et cela en période de Covid, où il n'y a aucun groupe. Les jours de grande affluence, il n'est pas toujours possible d'obtenir un ticket d'embarquement, d'où l'importance de venir tôt.

Depuis la file, j'en profite pour "croquer" le funi. Mais à droite, il y a une curieuse rampe... Non, manifestement, ça n'est pas une rampe de chargement pour le funi, bien qu'il circule toujours avec un wagon marchandises (inutilisé actuellement) en aval. Donc, ça ne peut être qu'un des fameux "zig-zags"...

20201006003123(1)

Le ticket d'embarquement en poche, il va falloir utiliser intelligemment l'heure d'attente. En quelques minutes, je découvre la gare de départ du Tateyama Sabō Erosion Control Works Service Train. Bon, elle n'est pas accessible au public, mais après avoir contourné la gare et pris le raccourci depuis le parking qui passe sous les installations, je vois un train qui monte et disparaît dans la forêt, deux coups de sifflet en guise d'adieu.

20201006004951(1)

Heureusement, quelques instants plus tard, un autre me passe presque sous les yeux sans que j'aie pu vraiment choisir l'endroit adéquat. Evidemment, on ne va pas se contenter de ça, va falloir repasser. Surtout que j'aimerais bien faire ressortir l'ambiance toute particulière de ce chemin de fer forestier. Le Densha vous a présenté récemment la Tozan line de Hakone célèbre pour ses 3 rebroussements (switch-back). Eh bien ici, il y en a 38...

Bon, il est grand temps d'aller prendre le funi qui, entre forêt et tunnels, va nous emmener à Bijodaira.

Posté par JeanMiSan à 02:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2020

Le Chihō Tetsudō de 06 h 03

Toyama, peu avant 6 heures du mat'. Alors que la ville est encore calme, des piétons équipés de sacs à dos convergent depuis des hôtels proches vers la gare du Chiho Dentetsu. Une bonne trentaine de personnes, qui prendront le même train que nous. Il fait beau, la météo est radieuse (il faut bien choisir son jour...).

Petit déjeûner sorti du sac dans le train. Heureusement, on peut "tomber le masque" un moment, on ne risque pas d'amende ici, il n'est que "vivement recommandé", mais porté par le plus grand nombre. En période de Covid, lorsqu'on va à la montagne, il faut tout prévoir, car une bonne partie des restaurants et hôtels d'altitude n'ont pas ouvert cette saison. Les sacs sont donc lourds: bentos (achetés la veille), thé, etc.

L'automotrice double de la série 14760 attend déjà à quai. Un véhicule assez banal, d'occasion probablement, mais avec des sièges dans le sens de la marche, un confort inégalé par rapport aux banquettes longitudinales fréquentes au Japon. Le réseau de la Chiho Dentetsu recèle un certain potentiel de mystère géographique pour le néophyte. A Iwakuraji, le train qui partait de Dentetsu-Toyama une minute avant le nôtre par la Kamidaki-Line assure la correspondance. Après une heure de somnolence brinqueballée et ponctuée d'innombrables haltes et klaxons, voici Tateyama. Pas le temps de traîner, il faut réserver sa place dans le funi... Je développerai donc le Chihõ Tetsudõ au retour.

20201007003808(1)

Dentetsu-Toyama: le point de départ de plusieurs lignes régionales, mais surtout le départ (ou l'arrivée) de la célèbre Tateyama. Beaucoup ne font d'ailleurs la "traversée" que dans un sens.

Posté par JeanMiSan à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2020

En route pour la Tateyama!

Lorsqu'on est domicilié au Japon, le JR-pass reste un vague objet du désir, inaccessible aux résidents du pays. Mais une offre spéciale de JR a retenu notre attention: la Tateyama à volonté durant 8 jours pour 24'000 yens (220 Euros), y compris le trajet d'accès depuis Osaka. Une véritable aubaine! Sans compter que, sans les touristes étrangers, il y aura beaucoup moins d'attente aux divers moyens de transport...

La Tateyama est la "route alpine" qui relie Toyama à Nagano, par une succession de moyens de transports publics divers et variés. La partie principale va de Tateyama village à Ogisawa, en passant par le barrage de Kurobe. Ce n'est pas un périple 100% ferroviaire, mais on y aussi découvre quelques moyens de transports intéressants qui ne figurent pas forcément sur les prospectus touristiques...

Je commencerai mon récit à Toyama, qui sera notre "base logistique" pour quelques jours. Toyama offre l'avantage de pouvoir "rayonner" facilement vers les différents pôles d'intérêt, notamment avec le Toyama Chihō Tetsudō (train régional et tram urbain) qui, en plus de son charme particulier, assure la liaison avec les villages de départs d'excursions que sont Tateyama et Unazuki.

20201005120911(1)

Devant Toyama-Eki, sur le chemin de l'hôtel, la 7020 du tramway urbain de la Toyama Chihō Tetsudō en guise d'apéritif...

-------------DenshaOtaku365-----------

Je rajoute mon grain de shio, comme je le fais avec les autres rédacteurs (une bien belle équipe !) parce que Toyama, j'y ai passé de bons moments. En avril 2016, j'y suis allé pour faire le même parcours que JeanMiSan. Voilà une vidéo des tramways de Toyama ... 

Posté par JeanMiSan à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 octobre 2020

Chasseur d'atmosphères ferroviaires...

L'automne 2020 est, ici au Japon, caractérisé par une stabilisation de la pandémie et une lente reprise des activités touristiques indigènes, encouragée par le gouvernement. A la retraite anticipée, j'habite actuellement dans le district de Nara. J'ai proposé au Densha ma contribution pour faire vivre ce blog alors que les frontières sont toujours fermées pour les touristes étrangers.

Certes, je ne voue aux grandes lignes qu'une considération d'estime, et mon intérêt va avant tout aux petites lignes. Plus que les autres, elles possèdent cette capacité à émouvoir et à surprendre. Elles ont parfois aussi échappé à la standardisation et à la mondialisation qui affecte tant de domaines. Le Japon en possède encore de nombreuses, heureusement. J'aurai plaisir à vous faire découvrir des réseaux improbables, des atmosphères uniques, des récits d'excursions ou des infos sur la situation actuelle au Japon. La communication est mon métier de base.

Quant à mes photos, elles n'auront pas le piqué de celles de mes collègues. Je ne fais en effet "que" de la vidéo (HD) ferroviaire depuis 2012, surtout en Suisse (mon pays d'origine), en Europe et au Japon (le pays de ma femme) et vais publier pour l'instant des images tirées de vidéos pour illustrer mes posts. Mais avec un peu de patience, vous pourrez peut-être découvrir mes vidéos dès l'été 2021. Si vous insistez, bien sûr...

JP-60 Hrz-NTCS-Kintetsu 2019(1)Près de chez moi, la petite ligne Oji-Tawaramotto. La composition verte de Kintetsu y circule régulièrement.

---------Densha Otaku 365---------

Je rajoute une image à propos de ce Kintetsu '8409' en livrée verte que j'avais vu exposé lors de ma visite du dépôt Kintetsu de Goido, pas très loin de là où habite JeanMiSan à vrai dire (quelle chance !!) ...

DSC08424

DSC08429

 

Posté par JeanMiSan à 14:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2020

Du sang neuf !

Après le '109' est-ce que du vrai sang neuf, ça vous dit ?

Sûr que oui ! 

Alors nous allons tous accueillir un nouveau contributeur à ce blog. Il se nomme Jean-Michel, se choisira un pseudo rapidement, il habite au Japon, vers Nara, et sera notre envoyé spécial de luxe ! Notre correspondant qui nous dira tout sur l'ambiance sur place et nous fournira en reportages frais sur les petites lignes du Japon. ça va faire du bien, car à cause de cette pu...n de pandémie, on est pas prêt d'y remettre les pieds. En 2021, on espère, oui mais quand ? dès le printemps, pas avant l'été, l'automne ...

Bref, je suis très heureux d'introduire ce nouveau rédacteur, qui va compléter une équipe de choc déjà constituée d'Erebos, de Pierre et de ma pomme. Pour qu'il n'y ait jamais aucun 'trou' de plusieurs jours sur ce blog (ou pas trop !). On fait ce qu'on peut, et vous le savez bien actuellement la situation n'est pas des plus agréables à vivre. Surtout avec ce nouveau couvre-feu qui s'abbat sur la France et quelques grandes métropôles (pas pour moi à Bordeaux, ouf !).

Vive les trains

vive les trains au Japon

vive la vie qui vaut toujours la peine d'être vécue

et vive nous tous, communauté vivante de ce blog qui en 2021 fêtera ses 15 ans d'existence.

IMG_0204

Posté par Otaku à 09:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 octobre 2020

Du sang neuf vert

J'ai commencé un petit trip sur la Hakone Tozan line, je poursuis.

J'ai quitté Hakone-Yumoto pour aller à Ohiradai eki, petite gare de 'switch-back' classique sur la ligne. Elle est justement intéressante pour cela, le fait que les trains effectuent cette manoeuvre de retournement. Pour faire des images c'est sympa. Vidéo aussi.

Je vais avoir droit au croisement du '109' en livrée verte (comme nos bonnes vieilles locomotives SNCF), et du '104' dans sa livrée rouge classique actuelle.

DSC01434

Hakone Tozan 104 & 109Une image un peu particulière car extraite d'une séquence vidéo dans laquelle je partageais l'écran en deux.

DSC01436Il s'en est allé comme il est arrivé, en solo.
J'aime bien les plans quand le train s'engouffre dans sa descente ...

DSC01439Le switch-back s'effectue aussi un peu plus haut en quittant Ohiradai, mais sans possiblitié de quitter le train. Je voulais faire des images à cet endroit, mais il n'y a aucune possibilité et c'est même interdit, seul le conducteur échange sa place avec le shashô.
J'ai juste pu faire un plan du train nous croisant partir vers Gora, la gare terminus haute.

DSC01440Bon, puisqu'il n'y avait plus de boulot pour moi, à part me prendre la tête avec le chef de gare à Ohiradai (je vous passe le récit de ce mauvais moment), je suis redescendu vers Hakone-Yumoto.
Un dernier plan d'un croisement à Tonosawa, dernière gare avant l'arrivée ...

IMG_2867 copie

Posté par Otaku à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2020

2001 x2 de 1002

Un titre mathématique, ce n'est pas si commun dans ce blog, surtout que les calculs ardus ne sont pas mon fort.

Après un petit tour chez Odakyû, je passe chez Hakone Tozan pour faire la 'deuz'. Du moment que l'on est à Hakone-Yumoto, il est impossible de ne pas faire un tour sur la Hakone Tozan line. Surtout qu'à l'époque, la ligne était complète, en parfait état, et que quelques semaines après des pluies diluviennes dévastèrent la zone. Si cela vous rappelle un événement très récent dans le sud des Alpes françaises, ce n'est que pure malheureuse coincidence. Le Japon est bien trop habitué à ces catastrophes à répétition, Hakone, Nagano (les Shinkansens noyés), Kyûshû (bien trop de répétitions pour cette charmante île si souvent durement touchée).

DSC01427Et donc, ce jour d'août 2019, j'allais une fois de plus me faire une petite virée chez Hakone Tozan. Tout simplement parce que c'est trop bon et les trains trop mignons.

Sinon le titre du jour indique juste que j'ai croisé deux fois le train '2001' depuis le '1002' et je vous gratifie du macaron indiquant son "Blue Ribbon Prize" en 1982 (ça t'intéresse Erebos ?) ...

DSC01429

DSC01433

Posté par Otaku à 19:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2020

Romance Car 70000系 GSE

A Hakone-Yumoto ...

DSC01424

DSC01425

Posté par Otaku à 21:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]